Méditer pour plus de sérénité

Chers Yogis et Yoginettes,

Dans beaucoup de cours de yoga (et je ne fais pas exception), nous pratiquons les postures, les respirations, la relaxation… et nous passons peu de temps, voire pas du tout, à méditer. Pourtant le yoga accorde une place importante à la méditation et aux pensées positives !

Non, la méditation n’est pas réservée aux moines bouddhistes ou aux yogis, elle est accessible à tout le monde ! Mais pour se lancer, il s’agit d’abord de comprendre ce qu’est la méditation, comment ça fonctionne et en quoi c’est bon pour nous…

Qu’est ce que la méditation ?

« Méditer, je connais, c’est ne plus penser à rien, c’est vider son esprit ! »

Il s’agit là d’une fausse croyance. Je dirais même, au contraire ! Il s’agit de se poser avec soi-même et de se donner une intention : focaliser son esprit sur une chose, un objet, pour apaiser le tourbillon de nos pensées.

NoTourbillon des penséetre esprit a tendance à sauter d’une pensée à une autre puis à une autre et encore une… C’est fatigant et stressant. De plus, la plupart du temps, nos pensées se tournent vers le passé (dans les souvenirs, les phrases qu’on aurait du dire, une conversation qu’on a eu …), ou vers le futur (les projets, la tonne de choses à faire sur notre To do list). Or, tout ce qui existe vraiment, c’est le moment présent. Et si on essayait parfois de concentrer notre esprit sur le moment présent pour faire retomber l’agitation du mental et retrouver un peu de clarté ? C’est ce que nous propose la méditation.

La position de l’observateur

Pendant une séance de méditation, il est important d’adopter une posture mentale tranquille et bienveillante pour observer sans jugement notre paysage intérieur.

Nous ne sommes pas nos pensées ! Nous ne sommes pas réduits à ce que nous pensons. Partant de ce constat, nous pouvons prendre du recul et imaginer nos pensées comme des nuages qui passent et que l’on observe simplement passer sans s’y accrocher. Nos nuages de pensées sont bel et bien présents, ils passent, nous pouvons les observer passer, mais ils ne nous emportent pas avec eux, et nous pouvons alors tranquillement revenir à ce qui se passe dans le présent. La méditation nous entraîne à atteindre ce niveau de l’observateur.

Dans la finalité, au delà du temps de méditation, nous pouvons garder avec nous cette faculté d’observation de notre mental : observer nos pensées et nos émotions avec plus de détachement, pour mieux les comprendre et les accueillir sereinement, pour être moins affecté par nos pensées négatives, pour être pleinement disponible et capable d’affronter les problèmes, pour gérer un peu mieux le stress, pour trouver des solutions inventives et positives et pour aborder notre quotidien avec plus de sérénité.

Quels en sont les bienfaits ?

De plus en plus d’études tendent à prouver les bénéfices de la méditation sur la santé :

20170827_161644

Pourquoi tant de résistances ?

C’est très vendeur finalement ! Je me pose 10 minutes par jour pour méditer et hop, ma vie devient plus sereine, plus calme, mon corps se renforce… Je signe où ?

Néanmoins quand il s’agit de se lancer vraiment, nous faisons face à de grosses résistances !

  • « Faut être un peu illuminé pour méditer » :

Encore une autre idée reçue : la méditation relèverait de la religion. Il est vrai que certaines formes de méditation proviennent d’une religion ou d’une pratique spirituelle. Mais de nos jours et dans l’univers du yoga, la méditation est enseignée dénuée de tout mysticisme et de toute croyance. La seule croyance qu’il faut garder, c’est de croire en nous-même et en nos capacités.

  • « Je n’ai pas le temps » « j’ai plus urgent à faire » :

Dans nos vies qui passent à mille à l’heure, il est plutôt exotique de se poser 5 à 10 minutes pour, en apparence, ne rien faire. C’est donc un énorme challenge de trouver ces 10 minutes par jour, alors même que c’est au moment où on est le plus débordé que la méditation nous servirait le plus. Il n’y a pas de secret, il n’y a pas de bons moments pour commencer la méditation. Si on le souhaite, il faut simplement en faire une priorité et se fixer un rendez vous quotidien avec nous-même.

  • « Bon, je me suis posée 5 minutes, et après ? »

La pratique de la méditation demande un peu de patience et beaucoup de volonté. Nous n’en voyons pas toujours les effets directs et de ce fait, il est difficile de persévérer. A nous-même, consciemment de décider si ça vaut le coup de poursuivre ou non.

  • « Et si je découvre des pensées, des émotions qui ne me plaisent pas… »

Nous y voilà ! Ça peut faire peur, même être angoissant de découvrir des choses sur nous-même, des choses qu’on gardait enfouies, cachées. Mais ce n’est pas parce que la poussière est sous le tapis qu’elle n’existe pas, au contraire, elle s’accumule.. Soulever le tapis nous permet au moins de nettoyer.

Des pistes pour se lancer

Pour bien commencer, il s’agit d’abord de trouver un endroit relativement calme et de s’installer dans une position confortable (assis en tailleur ou sur une chaise). On peut fermer les yeux et commencer à respirer et à prendre conscience de cette respiration, des effets de notre respiration sur notre corps. La respiration est un bel outil de méditation : c’est un processus automatique du corps mais que l’on peut rendre conscient et contrôler (un peu comme nos pensées automatiques et incessantes que l’on cherche à mieux observer pour éventuellement les modifier). On n’essaie pas d’empêcher les pensées, on les observe flotter. C’est même presque le but de la méditation : observer que notre attention s’est échappée, en prendre conscience avec bienveillance, et ramener son attention sur notre objet d’attention, en l’occurrence ici, la respiration.

Il y a différentes formes de méditation, à chacun de trouver celle qui nous correspond le mieux. Les formes de méditation dépendent de l’objet d’attention sur lequel on va se focaliser. Il s’agit souvent de la respiration mais les intentions de méditation peuvent être vraiment diverses et variées :

  • compter les respirations
  • répéter mentalement un son, un mot ou un mantra (ou même le chanter)
  • se concentrer sur un sentiment, une émotion positive
  • visualiser une image apaisante
  • fixer son regard sur une bougie
  • … à vous d’être créatif ^^

Et si l’on a encore des réticences à se lancer, cela peut être plaisant d’être guidé (même si l’on est un pratiquant confirmé d’ailleurs !). Il existe beaucoup de livres avec cd ou d’applications pour aider à se lancer. Pour n’en citer que quelques-unes : namatata ou petit bambou.

Alors qu’est-ce qu’on attend ? 3, 2, 1 … Méditez !

DSC04045 (2)

Un commentaire sur “Méditer pour plus de sérénité

  1. Encore un très bel article ! J’attends avec impatience le prochain. Merci Manon

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :